SOCIETE DE ST. VINCENT DE PAUL

 

Historique

La Société de Saint-Vincent de Paul fondée en 1833 en France existe au Liban depuis 1860. Elle comprend actuellement quelque 1300 membres répartis en 43 Conférences dans les cinq districts du pays.
A l’instar de la Société partout ailleurs, elle a traditionnellement assisté les familles dans le besoin, visité les malades et prisonniers et veillé à la formation et à l’instruction de la jeunesse.
Confrontée depuis 1975 aux bouleversements provoqués par la guerre: destructions déplacements des populations, paupérisation dramatique par suite de la ruine de l’économie et de l’inflation, elle a dû s’organiser en vue de faire face, dans la mesure de ses moyens, à ces nouveaux problèmes.

Reconstruction

Dès le début de la guerre, et avant même l’arrêt des combats dans le pays, la Société de Saint-Vincent de Paul – Liban, a aidé à la reconstruction de plusieurs localités dévastées et incendiées, notamment dans le district de Akkar au Liban-Nord.
Quelques 350 habitations, échoppes et ateliers ont pu être remis en état dans d’autres régions du pays.



But :

Ecoles
La Société a oeuvré à travers la construction et la direction d’établissements scolaires à faciliter à des jeunes défavorisés ou orphelins l’accès à la culture en contribuant à leur fournir un enseignement de qualité.
L’école technique Saint-Joseph à Dahr es Sawan
La Société est associée avec les Pères lazaristes et les Filles de la Charité au développement de cette école. Elle dispense à près de 300 élèves, orphelins ou cas sociaux, un enseignement technique dans les branches de l’électricité, de la menuiserie et de l'hôtellerie
L’école gratuite Saint-Vincent de Paul, au centre socio-éducatif Frédéric Ozanam à Bourj-Hammoud, a ouvert ses portes en octobre 1992. Elle est appelée à un rayonnement culturel dans une région des plus défavorisées de la banlieue nord de Beyrouth.
Elle est dirigée par un prêtre jésuite, hollandais, également francophone et arabophone. Le centre comprendra aussi une école de formation professionnelle accélérée.
L’école Saint-Roch
Après sa fermeture, faute de moyens. La Conférence Saint-Roch de Hazmieh prend la responsabilité de la gestion de l’école.
Aide scolaire
Elle se traduit par une contribution d’appoint aux frais de scolarités et d’achat de livres et fournitures.

Artisanat
Pour soutenir une population éprouvée par les hostilités, le champ de nos activités se diversifie.
L’ouvroir "Mabrouk" de broderie de qualité, fait travailler chez elles, des mères de familles déplacées. La production de cet ouvroir est écoulée à Beyrouth dans un point de vente permanent, situé au centre socio-éducatif Frédéric Ozanam et à Paris à l’occasion d’une exposition annuelle.

Personnes Agées
Batroun: Un foyer pour personnes du troisième âge fonctionne depuis janvier 1992. Inauguré à Noël 1991 par le président international Amine de Tarrazi, il accueille déjà une trentaine de pensionnaires. Un dispensaire sur place leur offre les soins indispensables. La maison dans ses trois étages peut accueillir une cinquantaine de personnes dans des chambres à deux lits.
Chahtoul: Un autre foyer pour personnes âgées est en voie de construction à 40 km de Beyrouth dans le Kesrouan. Les travaux avancent au fur et à mesure des moyens financiers disponibles.

Dispensaires
La Société a ouvert durant la guerre 4 dispensaires gérés par des Conférences locales. Ils offrent soins et médicaments à une catégorie de la population appauvrie par une inflation galopante. Ces dispensaires sont soutenus par des aides en lots de médicaments provenant du Liban ou de nos amis à l’étranger.

Loisirs
Le centre socio-éducatif Frédéric Ozanam à Bourj-Hammoud est appelé à jouer un rôle de rayonnement culturel dans la région.
Il abrite déjà un groupe scout de 69 jeunes.
Un espace culturel ou salle polyvalente permettra grâce à des activités artistiques et culturelles variées la promotion de la jeunesse défavorisée dans cette banlieue populaire de Beyrouth.
Des cours de solfège sont actuellement donnés à une quarantaine de jeunes du quartier.
Un ciné club animé par les jeunes du centre.

Colonies de vacances
Plusieurs centaines d’enfants de milieux défavorisés profitent chaque année d’un séjour en montagne organisé par la Société.